Skip to content

Blog

1

Publié le 07/11/18

Holà !

A l'aube du 6-ème jour... bin je suis crevé. Du coup pour éviter les tendinites et autres maux liés à la fatigue je décide de rester un jour au calme à Bourbonne-les-Bains.

Le passage pour se rendre à la mairie.

Cela me permet de prendre une bonne douche bien chaude, de laver le linge, faire sécher complètement les chaussures, aérer le duvet, refaire le plein pour le Pick-Nick du midi, bref un arrêt au stand pour repartir frais comme un gardon.

Au revoir Bourbonne

7eme jour c'est reparti. Je n'ai plus mal nulle part : C'est rassurant. Même le sac à dos me semble moins lourd.

Mercredi, jour des enfants et des chevreuils

A partir de maintenant et jusqu'au Puy-en-Velay les chemins de Compostelle et le Gr7 sont confondus. Les paysages changent, moins de forêts et plus de champs.

Un dégradé de veaux, sûrement un effet de la pluie.

20km sous la pluie et la quasi perte d'un poncho plus tard j'arrive à Varenne. Tout de suite on s'y sent bien !

Ou comment motiver les pellerins

Ce soir je rejoins, non pas "la petite Louvière" mais le centre de colonie de vacances, rue de la Louvière. Accueil très sympathique du propriétaire des lieux.

Toutes les chambres ont un nom.

Pas de veillée ce soir car demain les monos prévoient une grosse rando.

6

Publié le 08/11/18

Levé 6h. L'idée est de faire presque 30 bornes aujourd'hui pour zapper l'étape Lecey et arriver directement à Langres.

Le chemin des sorciers. .. Jacquouille, serions nous dans la forêt de Malcombe ?

Chemin faisant à travers la forêt, je tombe sur une petite chapelle perdue dans une clairière.

Chapelle Notre Dame des presles

La porte principale était fermée... Mais pas la petite porte de service. 😉

Après la forêt, les champs ! Avec un soleil radieux. PARFAIT !

Petit pont système D.

 

Ma nouvelle copine.

En approchant de Langres, la civilisation se fait sentir. Pour suivre mon chemin de pèlerin, deux options pour traverser les rails et la marne :

1/ prendre le pont de la voie rapide et faire un détour de 1 à 2 km

2/ Couper les voies et passer par l'écluse.

C'est vous qui voyez. Y'en a qu'ont essayé....

Le pont ou l'écluse ? Zat is ze kouestion.

 

Fausse joie : encore 3km de montée pour arriver jusqu'à la ville.

La journée a été longue quand j'arrive au presbytère. Je partage la chambre avec Vito, un italien super sympa venu des pouilles et en direction de Caen.

Du calme Joe! Je trinque avec un Dalton

1

Publié le 11/11/18

Coucou, je vous avais manqué ? ^^

Don't panic ! C'est simplement que je n'ai pas toujours un réseau suffisant ou encore que je ne trouve pas le temps d'écrire mes articles. Il ne faut pas croire : la journée du randonneur est chargée !

Bref.

A l'aube du 9ème jour je quitte le petit appartement que le presbytère met à disposition des marcheurs. Super sympa !

Mars, et ça re(m)part  (pub 1996)

Petite journée de marche en perspective. J'en profite donc pour faire un petit tour de la ville.

Et comme le disent les marin d'eau douce de haute-Marne : "aujourd'hui, on lève langres".

Je peine à retrouver le tracé du GR pour sortir de la ville. L'étape Langres-Auberive est longue de 35km...ça fait beaucoup surtout avec un sac de 21kg (oui je n'ai pas réussi à tenir l'objectif des 15kg). Je ferai donc halte à Courcelles-en-Montagne, à peu près à mi-chemin.

La découverte du monde du side-car

Je reste à Courcelles deux nuits. Histoire de reposer mes pieds (surtout le gauche, mis à mal par une chaussure trop serrée), éviter la journée de pluie et établir un planning de mes hébergements pour les prochains jours.

Courcelle en montagne by Night

En effet, la tente m'oblige à arrêter d'avancer vers 16h pour trouver un bon emplacement avant la nuit puis cela me prend presque 3h pour tout replier et me remettre en marche le lendemain. Le soleil se levant à 7h30 et se couchant 17h environ, cela restreint beaucoup le temps de marche. Sans parler du jour où il pleut et des habits mouillés qui ne sécheront pas dans la tente.

Journée cartographie ! À l'étape "Etaule" je bifurquerai vers Dijon, sur le GR76 pour emprunter par la suite le "GRP des grands cru". A chacun son pèlerinage !

Et puis l'accueil à Courcelles est tellement agréable, comment ne pas rester un jour de plus !

Publié le 12/11/18

J'ai finalement choisi d'abandonner ma tente et ses 2kg (10% du poids du sac). Je la laisse chez mes hôtes et reviendrai la récupérer après mon périple. Depuis le début de mon voyage je me suis séparé de plusieurs vêtements et objets (livres). Mon sac s'optimise au fur et à mesure : J'attaque le chemin le pied léger et reposé.

La simplicité est la sophistication suprême. [Léonard de Vinci]

Tout au fond : La ville de Langres

Le chemin est très joli avec la lumière automnale : du vert, du jaune... La nature est vraiment belle... Et en plus j'ai du soleil ! 🙂

Du jaune

 

Du vert

Au bout d'un moment j'entends des cris en forêt : une battue est en cours. Je sors mon sifflet pour avertir de la ma présence. La bonne idée ! Quelques mètres plus loin un chasseur désapprovisionne sa carabine en me voyant. En discutant avec un lui (courtois et sympathique : sûrement un "bon" chasseur), j'apprends que le chemin longe la zone de chasse. Je préfère ne prendre aucun risque et décide de quitter le GR pour marcher quelques kilomètres sur la départementale.

Si les sanglier et chevreuil savaient lire....

Mon itinéraire initial prévoyait d'arriver à Auberive mais mes recherches d'hébergement n'ayant rien produit de convaincant je marche un peu plus longtemps pour arriver à "la maison des abeilles", établie à Tuilière, près de la source de l'aube.

[...] Le petit Poucet grimpa au haut d'un arbre, pour voir s'il ne découvrirait rien ; ayant tourné la tête de tous côtés, il vit une petite lueur comme d'une chandelle, mais qui était bien loin, par delà la forêt. Il descendit de l'arbre, et lorsqu'il fut à terre, il ne vit plus rien: cela le désola. Cependant, ayant marché quelque temps avec ses frères, du côté qu'il avait vu la lumière, il la revit en sortant du bois. [...]

Publié le 12/11/18

Et c'est reparti pour une journée de plus en forêt.

Les arbres sont soit déplumés, soit couverts de feuilles orange sombre. La palette de couleurs change un peu mais le tableau est toujours beau.

HOOOOO c'est beaaaaauuuuuuu

18 km aujourd'hui. C'est amusant, je me suis rendu compte que parfois je marchais en mode automatique, perdu dans mes pensées. A tel point qu’il m'a fallu revenir en arrière pour m'assurer d'être toujours sur le bon chemin.

Pause goûter au lavoir.

Puis j'arrive à Grancey. Au bilan de ma journée j'ai croisé trois voitures et aucun piéton avant d'arriver.

"Rue du meunier"... Un nom presque aussi classe que "rue des travailleurs"

Le plus beau reste qu'il s'est mis à pleuvoir juste quand je passe la porte de mes hôtes.

2

Publié le 13/11/18

La pluie est tombée toute la nuit et s'est arrêtée à 8h30. Ça tombe bien : je comptais partir aux alentours de 9h. 😁

Ciel bleu et soleil au pied des murailles

Le chemin contourne l'enceinte du château qui, m'a t-on dit, est longue de 7km.

Le soleil du matin le long de la muraille

 

Un fossile de coquille St-Jacques sur le chemin de compostel....géologue ET pellerin.

J'ai modifié le laçage de mes chaussures pour éviter au maximum de compresser mon pied. C'est efficace mais l'inflammation est toujours présente. Marcher sur le bitume reste le plus douloureux. Heureusement que c'est assez rare.

Parfois le GR emprunte la route.

Autre petite anecdote, j'ai ôté ma montre. C'est tout bête et je ne saurais pas l'expliquer, mais ça m'a fait beaucoup de bien.

Ce soir LASAGNES.

Au détour du sentier, des chevaux. Ça change des vaches. Craintifs ils restent à bonne distance mais la gourmandise étant plus forte que la méfiance je parviens à troquer une pomme contre une caresse.

Une pomme contre un caresse ? Good deal!

Le chemin se poursuit à travers champs et forêts. Aujourd'hui encore je ne croise personne.

Les automobiliste ont des panneaux pour prévenir des traversées d'animaux, les animaux ont des panneaux pour prévenir des traversées d'auto.... Quand je vous dit que les chevreuils et les sangliers savent lire....

16h, je passe le village de Poiseul-lès-Saulx et j'entre en forêt pour la dernière partie du trajet. Le soleil se couche, il ne faut plus trainer.

Serait ce la fameuse "lumière au bout du tunnel" ?

La nuit tombe et je ne suis toujours pas arrivé. Partir après la pluie n'était peut-être pas une si bonne idée.

Je me fie aux marques rouge et blanche signalant le tracé du GR sur les arbres. Chaque fois que j'en passe une, elle me rappelle que depuis ce matin je n'ai fait que des bons choix. S'il pouvait exister ces petites marques dans la vie de tous les jours ce serait tellement plus rassurant.

Si ça continu je vais sortir la frontale.

Ces marques sont des sortes de "points de sauvegarde" comme dans les jeux vidéo : Si je me perds il suffit de revenir au dernier "checkpoint" pour reprendre la partie.

J'arrive à Tarsul à 18h (pile à l'heure prévue). Malgré mon appel pour annoncer mon arrivée tardive à Poiseul, mon hôtesse s'inquiétait et avait déjà enfilé son manteau pour venir à ma rencontre. L'intention me touche beaucoup.

4

Publié le 16/11/18

Grosse journée de marche et en plus il fait froid. Brrr !

Je ne peux même pas m'appuyer sur la beauté des paysages pour m'aider à surmonter l'épreuve.

La route

 

Les champs

 

La forêt

Grosse ambiance avec ce brouillard !

Heureusement le parcours réserve des surprises et je souris à l'idée que la Godasse affichera une photo de la route forestière des Grolles.

Bon pied, bon œil.

Au détour d'un virage je tombe sur la fontaine de jouvence.

Je l'ai trouvée JACK !

Au bout d'une vingtaine de kilomètres il me faut quitter le GR pour me rapprocher de Dijon. Je décide de couper à travers les chemins pour éviter de longer les routes. La nuit tombe et j'aimerai autant éviter de me faire rouler dessus.

Le château de Moulinsart ?

L'idée n'est pas bonne et je m'embourbe dans les champs. Une fois sorti de la campagne il me faut encore traverser la ville.

J'arrive à 20h à l'auberge de jeunesse de Dijon et je suis crevé ! Une pizza et au lit.